Journal de la Voix
Accueil » Business & Voix » Apple et Google mettent les écoutes de leurs assistants vocaux en pause

Apple et Google mettent les écoutes de leurs assistants vocaux en pause

Les sociétés Amazon, Apple et Google ont été au centre de nouvelles polémiques ces derniers temps, suite à la découverte qu’ils confiaient à des humains l’analyse des commandes formulées par les utilisateurs de leurs assistants vocaux. Suite à ces révélations, Apple a décidé de suspendre pour une période indéterminée son programme d’analyse des commandes adressées à Siri. Pour Google, c’est un moratoire de trois mois qui a été décidé au sein de l’Union Européenne.

Google Assistant et Siri
Google Assistant et Siri arrêtent l’écoute des personnes sans leur consentement

Une pause mondiale pour Apple

Les pratiques d’Apple ont été révélées par un reportage du Guardian qui expliquait comment des sous-traitants de la Pomme avaient été au courant de différentes conversations, y compris de conversations très intimes ainsi que de rendez-vous médicaux, dans le cadre de leur travail de classement des réponses de Siri.

Un responsable d’Apple a expliqué la suspension de ces écoutes, “Pendant que nous procédons à une enquête approfondie, nous suspendons le classement Siri au niveau mondial. Nous sommes déterminés à offrir une excellente expérience Siri tout en protégeant la vie privée des utilisateurs. »

Apple a expliqué que moins de 1% des requêtes étaient concernées par les classement et qu’elles duraient en général seulement quelques secondes. De plus ces requêtes n’étaient pas liées à un compte Apple spécifique et ceux qui écoutaient étaient dans des lieux sécurisés et soumis aux strictes règles de confidentialités imposées par la société.

Un moratoire européen pour Google

De son côté, Google a accepté d’arrêter d’écouter et de transcrire les informations recueillies par son assistant vocal, pour une période de trois mois, selon le bureau de régulation Allemand.

Ulrich Kelber
Ulrich Kelber, Commissaire Fédéral Allemand à la Protection des Données.

Dans un communiqué, le commissaire allemand à la protection des données a expliqué qu’une enquête avait été ouverte après les révélations sur les écoutes réalisées par Google Assistant et confiées à des sous-traitants, sans le but d’améliorer l’Assistant Vocal.

Mais le commissaire va plus loin dans sa déclaration, “La preuve a été faire que l’’utilisation d’assistants vocaux automatiques comme ceux de Google, Apple ou Amazon s’avère très risquée pour la vie privée des utilisateurs.” Le commissaire allemand explique même que le danger concerne non seulement les propriétaires d’assistants vocaux mais également toutes les personnes qui leur rendent visite.

Selon le communiqué, Google va mettre un terme à la pratique des écoutes et leurs transcription pour une durée minimum de trois mois dans toute l’Union Européenne, le temps que l’office de régulation de trouver une solution.

Un porte-parole de Google a déclaré de son côté qu’ils avaient eux-même décidé de suspendre les analyses linguistiques pendant qu’ils enquêtaient sur les récentes fuites dans les médias.

« Nous sommes en contact avec l’autorité de protection des données de Hambourg. Nous évaluons actuellement la manière dont nous conduisons les analyses audio et aidons nos utilisateurs à comprendre comment leurs données sont utilisées », a déclaré le porte-parole. « Ces analyses contribuent à rendre les systèmes de reconnaissance vocale plus inclusifs des différents accents et dialectes à travers les langues. Nous n’associons pas de boucles audio à des comptes d’utilisateurs pendant le processus d’analyse et n’effectuons des analyses que pour environ 0,2% de toutes les boucles audio.

Amazon n’a pour le moment pas communiqué sur sa position mais l’autorité de régulation allemande annonçait que d’autres assistants vocaux dont Siri et Alexa étaient invités à adopter la même attitude en matière de vie privée. Ce que Apple avait anticipé.

Désormais, les trois principaux fournisseurs d’assistants vocaux sont confrontés à une double question : comment protéger la vie privée des usagers et comment utiliser les pratiques des usagers pour améliorer les assistants vocaux.

Ces articles peuvent vous intéresser :

Évaluer vos Skills par la voix est désormais possible

Alexis

Google Go : pour lire le Web à voix haute

Alexis

Le fonds d’investissement d’Alexa investit dans ParkWhiz

Alexis

François-Marie Caron, « Les assistants vocaux ne peuvent pas remplacer les parents »

Antoine

Alexa Developer Rewards arrive en France

Antoine

Le Skills Store français atteint les 1000 Skills

Alexis

Laisser un commentaire