Journal de la Voix
Accueil » Autres IA & Assistants » Quand les assistants vocaux vous sauvent la vie

Quand les assistants vocaux vous sauvent la vie

En France, on dénombre environ 120 000 infarctus par an. 10 % des victimes de crise cardiaque décèdent dans l’heure qui suit l’attaque. Face à ces chiffres terrifiants, on comprend bien qu’il est absolument essentiel de pouvoir prendre en charge les victimes dans les plus brefs délais. Des chercheurs de l’Université de Washington pensent avoir trouvé la solution, ou du moins un début de solution.

Détecter les symptômes d’une crise cardiaque

Ces chercheurs américains misent sur les nouvelles technologiques pour détecter les premiers symptômes d’un infarctus, par le biais d’une intelligence artificielle développée par leurs soins et pouvant être intégrée aux enceintes connectées ou même aux smartphones équipés d’un assistant vocal. Leur algorithme permet d’identifier la respiration dite agonale, l’un des indicateurs les plus fiables de crise cardiaque. Cela se caractérise par une respiration laborieuse et haletante. Les muscles se contractent également très rapidement, de façon involontaire et des vocalisations pour le moins étranges surviennent. De récentes recherches démontrent que les arrêts cardiaques ont le plus souvent lieu dans la chambre, où la victime risque d’être isolée et particulièrement vulnérable. L’idée est donc qu’une fois ce type de respiration particulièrement caractéristique identifié, l’assistant soit capable d’alerter les éventuelles personnes à proximité ou les secours au plus vite.

Des essais concluants

L’équipe à l’origine du dispositif l’a testé sur la base d’échantillons réels d’appels passés au 9-1-1, et plus particulièrement aux urgences de Seattle entre 2007 et 2009. Les chercheurs ont mélangé à ces données plus de 80 heures de bruits en tous genres, comme des bruits de klaxon, de climatisation, d’aboiements, afin que l’outil apprenne à isoler la respiration humaine des autres bruits. Mais cela ne s’arrête pas là, puisque l’équipe américaine a également ajouté des bruits de ronflement ou même d’apnée du sommeil, pour que l’intelligence artificielle apprenne également à distinguer ces bruits d’origine humaine de la véritable respiration agonale. Les tests ont été menés sur l’assistant vocal Alexa d’Amazon, mais également sur des smartphones de type iPhone. Le résultat ? Comme l’explique le journal npj Digital Medicine, dans 97 % des cas, le système est parvenu à détecter une respiration agonale à six mètres de distance.

Quelles limites ?

Même si le score de 97 % est impressionnant, il n’est toutefois pas suffisant. Les chercheurs doivent encore améliorer leur intelligence artificielle pour éviter les faux positifs et des appels aux secours inutiles, risquant de prendre le pas sur de véritables urgences. Par ailleurs, au cours des tests en laboratoire, dans 0,2 % des cas des bruits de sommeil « normaux » ont été confondus avec une respiration agonale.

Par ailleurs, pour qu’une enceinte connectée soit capable de détecter ce type de problème, cela signifie qu’elle doit écouter en permanence. Dans le contexte actuel de la polémique sur les écoutes des assistants vocaux, cela soulève un certain nombre d’inquiétudes sur la vie privée des propriétaires d’enceintes connectées, qui feraient l’objet d’une surveillance permanente jusque dans leur chambre.

De plus, ce n’est pas tout de détecter une respiration agonale, il faut également que les services ambulanciers soient capables de se déplacer rapidement, comme pour toute urgence cardiaque. En effet, lorsque la respiration agonale survient, l’état du patient est déjà critique.

Enfin, seule la moitié des victimes de crise cardiaque présentent une respiration dite agonale. Comme l’explique le docteur Peter Guerra, cardiologue à l’institut de cardiologie de Montréal, le phénomène ciblé est donc extrêmement précis, peut-être trop. La crise cardiaque peut malheureusement être silencieuse.

Lorsque le taux d’erreur aura chuté à 0 %, l’équipe américaine devrait commercialiser son intelligence artificielle sous la forme d’une application pour smartphone ou de skills pour assistant vocal. Les montres connectées sont déjà à même de détecter les arythmies. La santé connectée n’a pas fini de progresser !

Ces articles peuvent vous intéresser :

Xiaomi présente le Xiao Ai Touchscreen Speaker Box, premier réveil intelligent

Antoine

Le Facebook Portal cet automne en Europe

Antoine

Zoe l’assistant vocal qui vous accompagne en croisière

Antoine

Apple baisse le prix du HomePod, son enceinte connectée

Antoine

Samsung Galaxy Home : l’enceinte intelligente de Samsung

Maxime

Vivoka : « Nous pouvons faire l’assistant vocal de demain »

Antoine

Laisser un commentaire