Journal de la Voix
Accueil » Business & Voix » Alexa pourra bientôt détecter quand vous êtes malade

Alexa pourra bientôt détecter quand vous êtes malade

Les assistants vocaux équipés d’Alexa pourraient bientôt déterminer votre état physique et psychologique…pour vous recommander des produits appropriés.

Amazon a récemment déposé un brevet auprès du United States Patent and Trademark Office (l’équivalent américain de notre INPI – Institut National de la Propriété Intellectuelle) qui permettrait aux appareils avec Alexa de faire exactement cela.

Détection d’états « anormaux » via Alexa

Selon la description du brevet, les progrès de l’intelligence artificielle permettraient à Alexa de détecter des conditions physiques « anormales » telles que « maux de gorge et toux » et même des conditions psychologiques telles que « un état émotionnel excité ou un état émotionnel triste » via des entrées vocales. Le système pourrait alors attribuer ces détections à leurs conditions sous-jacentes.

« Une toux, un reniflement ou des pleurs peuvent indiquer que l’utilisateur présente une anomalie physique ou émotionnelle spécifique », précise le brevet. Une fois que cela a été déterminé, Alexa pourrait alors suggérer des marchandises possibles liées aux maux soupçonnés de l’utilisateur.

« L’état physique et/ou émotionnel actuel de l’utilisateur peut faciliter la fourniture à l’utilisateur d’un contenu audio hautement ciblé, tel que des publicités audios ou des promotions, » a déclaré le brevet.

Brevet Amazon Alexa pour détecter les maladies

Le brevet utilise l’exemple le plus direct d’un utilisateur souffrant d’un mal de gorge pour illustrer cette nouvelle caractéristique. Un utilisateur qui tousse ou qui a une voix râpeuse verra probablement Alexa demander : « Voulez-vous commander des pastilles contre la toux avec 1 heure de livraison ? »

Si l’utilisateur répond par l’affirmative, Alexa peut même offrir une confirmation pleine d’empathie telle que « en espérant que tu ailles mieux ». Toutefois, avant que cette fonctionnalité ne soit commercialisée, Amazon devrait garantir qu’elle ne viole pas le droit à la vie privée des utilisateurs.

Violation de la vie privée ?

La violation de la vie privée est en effet un sujet très sensible. Prouver qu’un système de détection d’émotions est respectueux de la vie privée peut s’avérer assez délicat et donc prendre du temps. Par sa définition même, un dispositif qui peut déterminer l’état physique ou psychologique d’un être humain sans son consentement semble violer la vie privée.

Le dépôt de brevet indique que les indices physiques et émotionnels peuvent également être combinés avec d’autres caractéristiques telles que l’âge de l’utilisateur, sa démographie, son emplacement et son historique de navigation pour personnaliser davantage l’interaction. Cependant, Amazon peut chercher à proposer ce service uniquement aux utilisateurs qui le souhaitent, ce qui résout la question du consentement.

Alexa plus humaine ?

Cette avancée technologique permet à Alexa de paraître plus humaine en interprétant les signaux physiques et émotionnels des utilisateurs détectés dans leur discours. Nous le faisons naturellement dans nos interactions aux autres et cela conduit souvent à des expressions d’empathie. Dans ce cas, il offre à Amazon l’occasion de donner une apparence d’empathie tout en introduisant la possibilité de personnaliser l’interaction, notamment en proposant des articles à acheter

Ces articles peuvent vous intéresser :

Tectonic Audio Labs lève 6 millions de dollars

Antoine

Seulement 500 Skills en France contre près de 40000 aux États-Unis

Alexis

Alexa passe la vitesse supérieure dans l’automobile

Alexis

La stratégie d’Amazon et de son micro-ondes

Alexis

Microsoft lance le Cortana Skills Kit for Enterprise

Alexis

Le Skills Store français atteint les 1000 Skills

Alexis

Laisser un commentaire