Journal de la Voix
Accueil » Autres IA & Assistants » Mycroft, l’alternative Open Source aux assistants vocaux d’Amazon et Google

Mycroft, l’alternative Open Source aux assistants vocaux d’Amazon et Google

Face aux géants, Amazon, Google, Apple ou Microsoft qui ont créé les premiers assistants vocaux, il existe des sociétés proposant une alternative à ces Assistants. C’est le cas de Mycroft qui se définit comme le premier assistant vocal open source. Autrement dit, toute société peut acheter et utiliser Mycroft et l’utiliser sous son propre nom. Par exemple, un commerçant pourrait avoir son propre haut-parleur intelligent, utilisant la plateforme Mycroft’s AI pour ne pas être dépendant d’Amazon ou de Google.

La société Mycroft affirme que son assistant fonctionne partout, sur ordinateur, dans les voitures, sur les appareils portables ou les périphériques connectés à internet.

Mycroft n’est pas la première tentative visant à rendre une maison plus intelligente, mais c’est sans doute la plus prometteuse. Cette confiance tient avant tout dans la baisse considérable du matériel nécessaire ainsi que la taille. Les fabricants de Mycroft n’ont en effet besoin que d’un simple Raspberry Pi 2 pour le réaliser, ce qui permet d’en placer plusieurs dans la maison.

Pour les férus de technologie, précisons que Mycroft est alimenté par Ubuntu Snappy Core, soit la dernière version de Canonical destiné spécifiquement aux périphériques IoT (Internet des objets). Il ne reste plus qu’aux développeurs de s’impliquer dans le projet pour étendre la base avec de nouvelles applications.

Joshua Montgommery
Joshua Montgommery, CEO de Mycroft

A l’origine de ce projet, Joshua Montgomerry, un ingénieur de l’aérospatiale américaine. Quand il veut aménager un espace destiné aux Makers au Kansas, il souhaite que ce soit comme dans les films ou les séries télé de science fiction. Les ordinateurs de Star Trek et bien sur Jarvis de Iron Man sont ses références. Son idée : créer une plate-forme d’intelligence artificielle avec laquelle on peut parler tout en se déplaçant dans une pièce, pour contrôler la musique, la lumière, les portes et plus encore.

Ne trouvant pas de projets open source répondant à sa demande, il décide de créer Mycroft. En 2016, il lance deux campagnes de crowdfunding sur Kickstarter et Indiegogo qui lui rapportent 287 000 dollars. 1 500 appareils, appelés Mark One, sont envoyés dans 56 pays, près de 10 000 utilisateurs téléchargent gratuitement le programme pour créer leur propre assistant.

Mark One est un programme open source, c’est à dire que chaque utilisateur peut modifier, améliorer le programme et en faire bénéficier les autres.

Mycroft Mark II, l’assistant open source et personnalisable

En janvier dernier pendant le CES de Las Vegas, alors que Google et Amazon rivalisent en annonces plus importantes les unes que les autres, la société Mycroft propose le Mark II.

Mycroft, assistant vocal open sourceDans le communiqué de présentation, Mycroft insistait sur les quatre différences entre son produit et ceux d’Amazon, Google ou Apple. « La confidentialité des données, la personnalisation, les agences d’utilisateurs et les données ouvertes. » ajoutant « Mycroft fournit une expérience d’assistant vocal qui permet aux utilisateurs de diffuser du contenu multimédia, de contrôler l’Internet des Objets, d‘automatiser des tâches sans vendre de données à des tiers. » Et on sait que la question de la protection des données et de la vie privée est au centre des questions posées par les assistants vocaux.

Mycroft Mark II pourra effectuer 140 taches différentes. Ces taches sont appelées comme chez Amazon des « Skills ». Créer des listes de courses, jouer de la musique, raconter des histoires, obtenir des informations ou contrôler des objets comme les ampoules Philips Hue.

Autre différence avec ses concurrents, l’enceinte, dans sa version de base, possède un écran. Et il est même possible de personnaliser le style de l’écran, les couleurs.

Pour le moment, le Mark II ressemble à un Apple HomePod qui aurait un écran d’Amazon Echo Show. Il peut parler, afficher des graphiques, des widgets pour mieux interpréter ce que l’assistant lui dit. A l’intérieur, il possède six microphones ce qui lui permet d’entendre à distance.

La création d’un assistant vocal open source se situe dans la tradition d’autres secteurs de la technologie qui ont tous des offres open source que ce soit WordPress, MySQL ou Ubuntu. Pour rappel, Open source signifie que Mycroft n’est pas intégré à un écho système, il est donc compatible avec tout service d’abonnement de messagerie, de réseau social et de musique en streaming de votre choix. Pour tout ce qui concerne les questions générales, Mycroft se tourne vers la communauté Wikipédia pour voir comment proposer des réponses généralement acceptables par le plus grand nombre.

Les premières livraisons d’appareils devaient avoir lieu fin décembre, à la veille du CES. Contacté par le Journal de la Voix pour tester l’appareil, Mycroft a répondu mi-février que « …notre délai de livraison a été légèrement retardé en raison d’obstacles techniques compliqués. Mais nous y travaillons dur tous les jours ! »

Dès que le Mark II sera disponible nous ne manquerons pas de vous le présenter plus en détails.

Ces articles peuvent vous intéresser :

Spotify bientôt accessible par la voix avec Siri

Antoine

Apple abandonne-t-il la Voix ?

Alexis

Ikea mise résolument sur la maison intelligente

Antoine

Sonos se lance contre Amazon, Google, Apple…etc.

Alexis

Samsung Galaxy Home : l’enceinte intelligente de Samsung

Maxime

Les nouveaux AirPods intègrent maintenant l’assistant vocal Siri

Antoine

Laisser un commentaire