Journal de la Voix
Accueil » Business & Voix » Sherpa, un assistant vocal espagnol dépasse les 5 millions d’utilisateurs et lève des fonds

Sherpa, un assistant vocal espagnol dépasse les 5 millions d’utilisateurs et lève des fonds

Lorsque nous pensons aux plateformes d’intelligence artificielle qui changent la façon dont nous utilisons la voix pour interagir avec divers équipements, Alexa, Siri, Google et autres Cortana viennent à l’esprit. Mais il y a d’autres acteurs, notamment européen comme Sherpa.ai, un assistant vocal espagnol, qui ont des choses à offrir.

Sherpa qui fournit également des recommandations prédictives axées sur la langue espagnole, a annoncé récemment avoir dépassé les 5 millions d’utilisateurs actifs de son application et aussi avoir étendu sa levée de fond en série A de 8,5 millions de dollars à 15 millions. Parmi les investisseurs figurent Mundi Ventures, un fonds de capital-risque espagnol axé sur l’IA, et Alex Cruz, président et CEO de British Airways.

Dans un climat où les start-ups lèvent des dizaines et parfois des centaines de millions de dollars à quelques mois d’intervalle, la série A de Sherpa a été relativement lente : la start-up a annoncé une levée en série A de 6,5 millions de dollars il y a presque trois ans.

Outre le fait que les start-ups européennes ont tendance à lever (et dépenser) les fonds de manière plus conservatrice que leurs homologues américaines, Xabi Uribe-Etxebarria, fondateur et PDG de la start-up, indique que le choix d’étendre cette levée de fond (donc même sa valorisation) avant de lever de nouveaux fonds en fin d’année. Probablement autour de 20 millions de dollars et avec de nouveaux investisseurs.

« Nous allons annoncer plusieurs accords avec de grands équipementiers au cours des prochains mois « , a-t-il déclaré. « J’ai parlé avec nos investisseurs et ils ont pensé qu’il serait préférable d’obtenir un petit montant de capital maintenant pour lancer ces transactions et profiter de l’élan pour ensuite obtenir une meilleure évaluation de notre série B. »

La société travaille déjà avec Porsche et fournit son assistant et son service de recommandation aux véhicules de la marque allemande. Le fondateur a déclaré que de futurs partenariats seront conclus avec « d’autres constructeurs automobiles, opérateurs télécoms, fabricants d’enceintes et d’ordinateurs intelligents ».

« Sherpa.ai a connu une croissance phénoménale et s’apprête à devenir le système d’exploitation d’intelligence artificielle le plus avancé de l’industrie, » a déclaré Rajeev Singh-Molares, associé chez Mundi Ventures et ancien président d’Alcatel-Lucent Asia-Pacific. « Sherpa a montré un potentiel phénoménal et une croissance étonnante depuis la première clôture de la série A. En augmentant notre investissement dans cette société, nous sommes en mesure d’aider Sherpa.ai à accélérer encore plus vite. »

La taille n’est pas tout

A l’heure où l’Alexa d’Amazon dépasse la barre des 100 millions d’appareils vendus, alimentés par son assistant vocal, et où Google, Microsoft et Apple s’intègrent dans une multitude d’appareils de leurs marques ou d’appareils tiers, Xabi Uribe-Etxebarria affirme que Sherpa se distingue de ceux-ci pour deux raisons.

L’un est le spectre de la concurrence, et peut-être l’histoire de la façon dont les choses se sont déroulées dans le mobile, où les opérateurs se sont vraiment égarés avec les utilisateurs et les services à valeur ajoutée avec l’essor des applications.

Le fondateur de Sherpa.ai
Xabi Uribe Etxebarri

« Les entreprises avec lesquelles nous travaillons ne veulent pas toujours conclure des accords avec des entreprises qui leur font également concurrence « , a-t-il dit. « Si l’on prend la compagnie de téléphone avec laquelle on travaille. Elle possède ses propres services de vidéo et de musique, sa propre entreprise de vente au détail. En fin de compte, elle serait en concurrence avec Apple ou Amazon, donc elle ne veut pas leur donner accès à ses utilisateurs. Les constructeurs automobiles pourraient penser la même chose. »

La deuxième raison, dit-il, a trait à la technologie du Sherpa.

Lorsque l’entreprise a été lancée il y a plusieurs années, les assistants personnels vocaux étaient encore relativement nouveaux, et toutes les grandes compagnies se lançaient en anglais. De nos jours, ils ont tous une version espagnole, donc ce n’est plus un argument de vente unique. (Sur les 5 millions d’utilisateurs de l’entreprise, entre 80 et 90 % d’entre eux utilisent le contenu espagnol de Sherpa). Et même si c’était le cas, la reconnaissance vocale et la synthèse vocale de base de Sherpa sont basées sur une technologie tierce, qu’Uribe-Etxebarria appelle des commodités.

Ce qui est vraiment unique, dit-il, ce sont les recommandations prédictives de l’entreprise, qui sont élaborées en interne par son équipe de spécialistes. Cela couvre plus de 30 catégories différentes couvrant des domaines tels que l’automobile, le divertissement, les actualités, les voyages, etc, et analyse 100 000 paramètres par utilisateur pour être en mesure de prédire les informations dont un utilisateur a besoin avant même qu’une question soit posée.

« C’est ce qui intéresse beaucoup nos concurrents, a-t-il dit. Nous avons au moins deux ou trois ans d’avance sur les autres. »

Sherpa a connu un essor significatif dans le monde hispanophone lorsque Samsung s’est associé à l’entreprise pour précharger l’application sur tous ses appareils vendus dans ces pays. Cela a changé après que Samsung ait lancé Bixby, son propre assistant, mais Xabi Uribe-Etxebarria a déclaré que leur partenariat n’était pas tout à fait terminé. « Nous parlons toujours parce que Bixby peut être vraiment amélioré » dit-il.

 

D’après l’article de Techcrunch

Ces articles peuvent vous intéresser :

Prime Day 2019 : un succès sans précédent

Antoine

Apple et Google mettent les écoutes de leurs assistants vocaux en pause

Antoine

IFA 2019 : Sonos dévoile la Sonos Move, son enceinte connectée mobile

Antoine

Salesforce lance son interface vocale: Einstein Voice

Alexis

Alexa passe la vitesse supérieure dans l’automobile

Alexis

En France, la grande distribution se lance dans les courses intelligentes

Antoine

Laisser un commentaire